Rando sol fa si la la ré étape 19

Img 20180315 140703

  Je quitte Charlie, Sophie et leur petit Camille. Mais auparavant, petite anecdote d'hier soir :nous rentrions en voiture de Poitiers où je venais de faire mon ravitaillement pour la semaine à venir, quand un sanglier, un adulte assez gros et sans doute pas tout jeune a traversé juste devant nous. Pas de choc mais heureusement pour lui et pour nous car vu la bête, la voiture aurait eu de sérieux dégâts. Incroyable, en pleine zone urbanisée. à la sortie de Poitiers. Quand on dit que les sangliers se rapprochent des villes, ce n'est pas une légende !
  Pour aujourd'hui,  on m'a annoncé de la pluie, elle arrive au bout d'un quart d'heure et je vais la garder 45 minutes et bien drue!
  A Moulinet, Guy, marcheur du club des mil' pat' me rejoint et va faire l'étape avec moi, et nous aurons la chance de n'avoir la pluie qu'à notre arrivée. En passant devant chez lui, nous faisons une pause café. Marie Denise, son épouse n'est pas là mais nous a préparé des petits clafoutis aux cerises.
  C'est comme ça depuis le début de mon périple: des petites attentions qui semblent peu et qui font tout, le plaisir des petits plaisirs, comme des instants volés à nos petits soucis. (Relisez la première gorgée de bière de Philippe Delerm !)
  Nous passons la rivière l'Auxance (prononcer Auzance, tiens tiens, ça me rappelle le début de mon périple) Quel plaisir, il connaît tous les chemins, les détours sympas que je n'avais pas prévus. Après un petit raidillon, nous arrivons sur un plateau où les cultures céréalières sont omniprésentes: blé, colza, tournesol. Nous sommes sur un plateau calcaire, en bordure de la vallée de l'Auxance que nous surplombons.
  Quelques beaux châteaux, et en bordure de la rivière, nous trouvons de grandes plantations de peupliers, gourmands d'eau, mais là, ils sont servis. Ce bois est surtout utilisé pour faire des granulés de bois. Nous suivons  le cours de l'Auxance, rivière qui se jette dans le Clain après Poitiers. L' élevage a disparu. L'importante présence de calcaire a amené l'installation de fours à chaux, près de Vouillé, toujours visibles mais plus en activité.
  Nous appelons Marie Agnès, la présidente du club  qui m' héberge ce soir,  pour qu'elle vienne nous chercher à Vouillé (Elle habite Ayron. Ayron, petit, pas Tapon) ! Il était temps d'arriver à Vouillé car une belle saucée, nous a arrosés de nouveau, nous nous mettons à l'abri.
   Un mot d'histoire sur Vouillé, appelée Vouillé la bataille car en 507, Clovis, roi des francs, y a défait l'armée de Alaric II, roi des wisigoths. Je vous avoue n'avoir retrouvé aucun témoin de l'époque. Un circuit de randonnée s'appelle le circuit des 3 batailles. La première, donc, à Vouillé, la 2ème, la plus célèbre 732 (Charles Martel, souvenez-vous qui en fait à eu lieu à Moussaillon et pas à POITIERS) ) et enfin une des batailles de la guerre de cent ans: Jean le bon a été défait par les anglais à Nouaillé Maupertuis en 1356.
  Mais pour l'heure, Marie Agnès arrive, nous ramenons Guy à sa voiture et direction Ayron où je fais la connaissance de Joseph, mari de Marie (ça s'invente pas !). Après une bonne douche, installation devant la cheminée. Le feu crépite, mon cœur aussi, je suis bien. Encore de très belles personnes.
   Au fait le club" mil' pat' " est un acronyme, je vous lance un défi: Que veulent dire les lettres de mil' pat'. Réponse dans quelques jours !!
    Demain, Joseph marchera avec moi, direction La Ferrière en Parthenay, dans les deux Sèvres, mais ceci est un autre jour. 

Img 20180315 121020

Logorando

Logo